© Académie du chenin. Créé avec Wix.com

 

Le Programme

Session III - Réalités Patrimoniales des paysages du chenin blanc

Modératrice : Myriam Laidet

3. Claude Mettavant - Les closeries viticoles du Val de Loire : l’exemple des maisons aux champs de Rochecorbon

 
Le terme de closerie est aujourd’hui principalement connu comme l’ancienne dénomination de petites exploitations viticoles, le nom indiquant que l’ensemble était probablement clos de murs ou de haies. Si cette définition est proche de l’origine historique elle demande à être précisée.

Au Moyen Âge, le terme apparaît pour désigner une exploitation agricole si petite que son emprise peut être facilement close de haies vives. Ses finances ne lui permettent pas l’érection de murs en pierre.


À la Renaissance un vaste mouvement social émerge dans tout l’Europe : la population bourgeoise souhaitant s’éloigner du bruit, de la pollution ou de la vie trépidante des villes et retrouver du sens et des racines va s’installer à la campagne. Mais les maisons qu’ils vont y construire ne sont pas des maisons de campagne, mais des « maisons aux (des) champs », dans lesquelles les propriétaires réapprennent l’agriculture et l’élevage, supervise l’activité et contrôlent le travail de leur personnel.


Leur exploitation agricole est divisée en trois parties sur le modèle des anciennes villae romaines : la pars urbana est la maison d’habitation, la pars rustica qui est la partie agricole fournissant la nourriture à la famille est appelée closerie (ou closeau, clouserie, borderie), et enfin la pars fructuaria qui est la partie agricole destinée à la vente se nomme la métairie (ou borde). Pour distinguer les petites terres des closeries de celles plus vastes des métairies, on les entoure de haies, voire de murs pour les propriétaires les plus aisés.
La closerie fournit les légumes et céréales, les fruits, la viande, le lait. Mais un autre rôle la marque à jamais : elle doit également fournir le vin. Un clos de vigne est donc planté.


Par leur multiplicité ces maisons aux champs vont restructurer le paysage rural. Leurs propriétaires, souvent de petite noblesse, donnent un nom à leur domaine. La vigne s’étend sur tous les territoires propices à sa culture.
Aux XVIIe et XVIIIe siècles la bourgeoisie abandonne ses maisons aux champs, n’en percevant plus que les revenus. La partie closerie se concentre sur la production de vin, les vignes s’étendent. Au XIXe les domaines sont démembrés, les closeries viticoles sont achetées par des vignerons.


L’exposé présentera quelques exemples dans la commune de Rochecorbon, ville rurale mitoyenne de Tours : les propriétés de terrains plats des châteaux de Montgouverne, de Rosnay et de Sens, les propriétés de coteau du Grand-Vaudasnière, de La Haute-Bourdaisière et du château de Vaufoynard.

4. André Morgenthal - Vieilles vignes de Chenin Blanc: préserver le patrimoine et créer de la valeur pour l'avenir

Dans toutes les régions viticoles du monde, les vieilles vignes sont fièrement mentionnées sur les étiquettes, dans de nombreuses langues. Telle est la valeur accordée partout aux vieux vignobles et aux vins qu’ils produisent. Mais en Afrique du Sud et seulement au sein de ce pays, il est possible que cette revendication soit certifiée par une autorité de réglementation. Le projet Old Vine (OVP) a été officialisé en 2016 grâce à un financement de démarrage de la Fondation Rupert, bien que les efforts visant à documenter les vieilles vignes sud-africaines aient été entrepris beaucoup plus tôt avec la gérante du vignoble Rosa Kruger. André Morgenthal a rejoint Kruger en 2016 pour transformer ce projet patrimonial en un modèle viable et autonome.
 
Les membres de l’Old Vine Project (OVP) peuvent demander l’obtention d’un sceau «Certified Heritage Vineyards» sur des bouteilles de vin provenant de vignobles de 35 ans ou plus, ainsi que la date de plantation. À une époque où les consommateurs recherchent constamment plus de connaissances et de transparence sur les produits, cela garantit des vins authentiques élaborés conformément aux directives viticoles et viticoles de l’OVP.

Le chenin blanc constitue une partie cruciale de l'histoire de la vigne et représente plus de la moitié de tous les vignobles de 35 ans et plus en Afrique du Sud. La représentation interrégionale de la vieille vigne de Chenin Blanc offre aux consommateurs la possibilité de faire l'expérience de ses différentes expressions. Les vignobles constituent non seulement une grande source de connaissances scientifiques, mais ils recèlent des histoires sur notre patrimoine viticole et sur notre potentiel de création de valeur future.

L'une de ces histoires concerne un chenin blanc, planté en 1982 sur la ferme viticole de Joostenberg, qui a toujours été envoyé à la coopérative locale pour être utilisé dans des mélanges blancs. Il s’agissait d’un vignoble à la mine lugubre et les propriétaires ont envisagé de le supprimer. Cependant, une fois que le vignoble est entré dans la trentaine, ils ont progressivement reconnu le potentiel qualitatif. Le vignoble est maintenant soigné avec amour et produit un vin dont le nom provient du mot afrikaans qui dit «mourez agteros kom ook in die kraal» (le bœuf arrière y arrive aussi), ce qui signifie que vous arrivez avec le temps. En se concentrant de nouveau sur la qualité des vieilles vignes en Afrique du Sud, elle pourrait potentiellement faire monter le prix du raisin et profiter aux agriculteurs. Le nom du vin, Die Agteros, reflète également l'histoire du Chenin en Afrique du Sud, notre politique et notre résilience en tant que nation.

Ceci n'est qu'une des nombreuses histoires de la vieille vigne de Chenin Blanc d'Afrique du Sud. Le sceau Certified Heritage Vineyard a mis en place une plate-forme pour ces histoires remarquables au sujet de vignobles et du patrimoine afin que celles-ci inspirent des initiatives concrètes pour apporter une valeur ajoutée aux protecteurs de la vieille vigne et à la grande industrie viticole sud-africaine.