© Académie du chenin. Créé avec Wix.com

 

LA GENESE

Le chenin est le cépage emblématique de l’Anjou. Il a connu une histoire mouvementée. Faute de trouver un modèle économique correct qui a mené à un désamour de la profession pour ce cépage à partir des années 50 : arrachages, abandon des coteaux, baisse de la qualité et de la notoriété, les vins d’Anjou ont changé de couleur.
 

Une première réaction : le Mondial du chenin de Fontevraud organisé par Christian Asselin, (avec l’Union des Œnologues de France et Interloire). Peu de suites visibles et institutionnelles, mais cet événement a relancé l’intérêt pour le pineau de la Loire.

Ce regain d’intérêt, l’évolution qualitative en Anjou (savennières, coteaux du layon, grand cru quarts de chaume, anjou blanc…) et à l’étranger (Usa, Afrique du Sud) aboutissent à l’initiative de la journée d’études du 28 août 2015 au Musée de la Vigne et du Vin avec le soutien de la fédération Viticole de l’Anjou et d’Interloire.

Cette journée a posé à nouveau les enjeux du modèle économique du chenin et de sa place dans le patrimoine, l’imaginaire et la culture de la vigne et du vin en Anjou.

Elle a suscité un grand intérêt et une demande de poursuivre et d’élargir la réflexion en lui donnant une dimension économique et culturelle au-delà du seul milieu professionnel de la Loire.
 

Différentes rencontres avec Pascaline Lepeltier, sommelière à New York, des vignerons américains, et l’Association du Chenin d’Afrique du Sud, ont permis d’échanger sur la nécessité de valoriser ce cépage, notamment via des évènements du type « Chenin, chenins, chenin blanc » à New York (à l’image de l’événement Riesling), ou #Drinkchenin et #Cheninday.
 

Le Festival Terres à Vins, Terres à Livres présidé par l’académicienne Danièle Sallenave, originaire de Savennières, a proposé chaque année depuis 7 ans, une journée culturelle sur le vin qui a pris une orientation spécifique sur le chenin en 2015.
 

Durant l’année 2016, différents élus de la Ville d’Angers avec l’accord du maire Christophe Béchu, ont manifesté à plusieurs reprises leur désir de se rapprocher du vignoble, des appellations savennières, quarts de chaume et du chenin en général dans le cadre de la promotion du territoire.


En septembre 2016, une réunion d’échanges et de mise en réseau entre chercheurs a eu lieu à Savennières entre l’Université de Stellenbosh et les différents organismes de recherche d’Anjou ainsi que le conservatoire du chenin de Montreuil Bellay.


Une rencontre a été organisée à Savennières entre la Mairie d’Angers et Danièle Sallenave en novembre 2016 qui a permis de poser les bases de l’Académie du Chenin.

La ville d’Angers a apporté le 17 juillet 2017 son soutien à l’Académie du Chenin. Christophe Béchu est Président d’honneur de l’Académie.


Cette dynamique s’intègre dans un contexte de renouveau de l’intérêt des vignerons de la Loire pour le chenin, stimulé par les vignerons d’Afrique du Sud et des Etats Unis et dans un mouvement d’intérêt international des amateurs de vin pour ce cépage rare, passeur de terroir et porteur de grands vins.


La presse nationale et internationale porte ce mouvement.


De grands articles dans la RVF, le Decanter, Le Point, etc… ont braqué des projecteurs sur notre cépage angevin.


On assiste à travers divers événements comme Food’Angers à la prise en compte de l’identité viticole dans la promotion du territoire.